ETAT D'ESPRIT.png

Il n’y a rien de pire que de perdre sans avoir osé.

There’s nothing worse than losing without daring.

SUN TZI

 

 

Croyez ceux qui cherchent la vérité,

Doutez de ceux qui la trouvent.

Believe those who seek the truth,

Doubt those who find it.

André GIDE

 

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre.

In life, nothing is to be feared, everything is to be understood.

Marie CURIE

 

 

N’oubliez pas que quand voulez faire quelque chose, vous avez contre vous :

les gens qui voulaient faire la même chose, les gens qui voulaient faire le contraire et les individus qui ne voulaient rien faire.

 

Don’t forget that when you want to do something, you have against you:

people who wanted to do the same thing, people who wanted to do the opposite and people who didn’t want to do anything.
CONFUCIUS

A H....

Sans elle, ce livre n’aurait jamais existé. Toutefois, le paradoxe réside dans le fait, que nous n’avons jamais échangé un mot ensemble sur tous ces sujets.

Je crois même, pour ne pas dire j’en suis sûr, qu’elle en ignore toujours l’existence comme elle méconnait le fait qu’elle en est l’instigatrice.

 

To H....

Without her, this book would never have existed. However, the paradox lies in the fact that we have never exchanged a word together on all these subjects. 

I even believe, not to say I’m sure, that she is still unaware of its existence, as she is unaware that she is the instigator of it.

drawing-pin-gc8ddeb419_1280.png

 

Avertissement

 

Avant d’entamer la lecture de ce livre je vous engage à lire en premier « A la Manière de Carl Gustav JUNG », qui traite du « Questionnaire des associations et des contraires ». Pour Carl Gustav JUNG il n’y a rien si son contraire n’existe pas. Nous apprécions le jour, par ce qu’il y a la nuit ou inversement.

Nous apprécions (nous interprétons) les choses et les concepts à l’aune de leur contraire, qui nous permettent d’en déchiffrer le sens et le fond de notre pensée. En guise d’exemple, nous nous sommes interrogés, sur les différentes significations que le « mot décision », pouvaient prendre, et comment les contraires avaient la possibilité de nous éclairer sur la signification de notre perception. 

Ce « Questionnaire des Associations et des Contraires » est mis à votre disposition sur demande à : Contact@icseconsulting.com  ou ICSEConsulting@gmail.com.

Ou sur le site :

https://www.icseconsulting.com/contact

L’idée est de tester votre perception du BPM - Business Process Management ou du PPA™&®, avant d’entamer votre lecture et refaire ce même test une fois que vous l’aurez achevée.

 

Disclaimer


Before beginning the reading of this book I urge you to read first « A la Manière de Carl Gustav JUNG - AS Carl Gustav JUNG has done », which deals with “An Associations and Opposites Questionnaire.” For Carl Gustav JUNG there is nothing if its opposite does not exist. We appreciate daylight, only because there is the night or vice versa.

We appreciate (interpret) things and concepts only because they have their opposite, which allow us to decipher the meaning and the depths of our thought. As an example, we wondered about the different meanings that the word “decision” could have, and how the opposites had the opportunity to enlighten us about the meaning of our perception.

This “Associations and Opposites Questionnaire.”  is available upon request to:

Contact@icseconsulting.com  or ICSEConsulting@gmail.com.

Or on the website:
https://www.icseconsulting.com/contact


The idea is to self-assess your BPM - Business Process Management or PPA™&® perception and knowledge before you start your reading and repeat the same test once you have completed it.

 

Avant-propos

 

« Vos croyances deviennent vos pensées.

Vos pensées deviennent vos mots.

Vos mots deviennent vos actions.

Vos actions deviennent vos habitudes.

Vos habitudes deviennent vos valeurs.

Vos valeurs deviennent votre destinée ».

Mahatma GANDHI

Une Opinion

Ce livre présente une opinion-1 sur la manière dont le BPM / Business Process Management peut nous inspirer dans notre vie professionnelle, mais aussi notre vie privée-2.

En effet l’application de cette démarche, ou plutôt de cet « état d’esprit » a, ou pourrait avoir, (c’est en tout cas ma conviction), une influence sur la manière dont nous abordons tous les évènements qui jalonnent notre vie tant dans le cadre professionnel que privé.

 

Comme nous le verrons, ces évènements sont neutres. Leur poids dans notre histoire est conditionné, par la manière dont nous les aborderons, par les pensées qu’ils produiront, en fonction des humeurs que nous aurons, quand nous seront confrontés à eux.

 

Bien sûr, comme il s’agit d’une opinion, vous pourrez adhérer partiellement ou totalement aux arguments qui sont développés dans ce livre, tout comme vous pourrez les réfuter3 en fonction de vos pensées et de vos humeurs au moment où vous lirez ces lignes. C’est pourquoi, je vous conseille comme je le fais dans un certain nombre de mes lectures, de mettre des commentaires ou des annotations. Une fois ma lecture terminée, je consacre un peu de temps pour en faire une synthèse, qui consiste à relire les passages que j’ai annotés. Il m’arrive même parfois de relire plusieurs fois certains passages, voire des chapitres complets et de m’apercevoir que ma perception lors de cette relecture, est différente de celle que j’avais eu initialement. Les évènements étant neutres, comme je vous l’ai déjà dit précédemment, ce sont donc les pensées qu’elles provoquent, qui génèrent nos émotions. 

 

Une adresse électronique-4 est mise à votre disposition à travers de laquelle, vous aurez la possibilité de me faire part de vos commentaires et de vos remarques. Je m’efforcerais de répondre à chacun d’entre vous.

Quelles que soient vos convictions, je les respecterais. Si ces dernières sont contraires aux miennes, je ne chercherais pas à vous convaincre, ni à vous persuader que j’ai raison et que vous êtes dans l’erreur, car comme vous le verrez plus tard, vouloir systématiquement avoir raison, entraine antagonisme et rejet. Vouloir avoir raison, c’est donc en fait toujours, d’une certaine manière avoir tort.

 

Les commentaires les plus pertinents (qu’ils soient en faveur ou non avec mes propos) pourront même être intégrés, avec les références de leurs auteurs, lors d’une version ultérieure de cet ouvrage, que nous pourrions être amenés à publier (pour autant bien sûr que nous me donniez votre accord). Cela m’amènera certainement dans certains cas à clarifier mon discours.

Mais si je m’engage par avance à considérer et respecter avec égard votre opinion, je vous demanderai à l’inverse d’adopter une démarche similaire et de considérer mon point de vue avec bienveillance, dans vos commentaires, vos remarques et vos observations que vous pourrez me faire5. Je les accueillerais avec intérêt, pour autant que ceux-ci soient faits sans dénigrements, railleries, critiques ou sarcasmes, comme savent si bien le faire les sectaires, les intolérants et les doctrinaires qui se répandent abondamment sur certains réseaux sociaux. J’évoquerais cette posture pour comprendre ce que ces comportements nous enseignent (Cf. Le Chapitre sur la Tolérance).

 

Si nous avons une divergence de point de vue, il s’agit de deux opinions qui s’opposent. Aucune de ces dernières ne pourra prétendre être la vérité. Très vraisemblablement si nous nous soumettions à l’exercice du changement de posture-6, je pourrais trouver dans votre discours ou votre argumentaire des idées que je pourrais faire mienne et réciproquement.

Nous nous rendrions alors compte, que le fossé potentiel qui nous sépare, n’est peut-être pas aussi grand que nous le supposions. Il n’y a aucun déshonneur, ni de sentiment de défaite à ressentir, pour vous comme pour moi, à faire évoluer notre posture « dans la confrontation7 qui nous oppose ou plutôt qui nous réunit ».

 

Le proverbe ne dit-il pas : « De la discussion jaillit la lumière », c’est à dire de la confrontation des idées, doit naître la solution. Ces joutes oratoires « constructives », nous permettent d’éviter les idées toutes faites, et font progresser « notre objectivité et notre ouverture d’esprit ».

 

Tout au long de ce livre, j’aborderais aussi des sujets de société qui auront comme toile de fonds des situations d’ordre professionnel ou privé, et qui chercheront à montrer comment réagir vis-à-vis de ces évènements, uniquement en utilisant le questionnement et la logique, sans pour autant que faire se peut porter un quelconque jugement de valeur.

 

Je vous montrerais aussi toujours à travers le questionnement et les principes de l’arbre décisionnel, comment nous pouvons être amenés de nous-mêmes, au fur et à mesure de nos investigations à changer parfois de posture-8 (d’avis, d’opinion, voire de croyance), et que ce phénomène qui est courant pour des sujets concernant notre vie professionnelle, peut aussi s’appliquer dans notre vie privée, avec les mêmes mécanismes et les mêmes outils que ceux que nous utilisons quotidiennement dans nos activités professionnelles.

 

En effet je vous montrerais que le BPM – Business Process Management et ou le PPA™&®, l’analyse des risques et le SQD-9, s’appliquent de la même façon à toutes nos décisions d’individu quel que soit les évènements auxquels nous avons à faire face.  

 

Toutes les questions qui sont posées dans ce livre, sont celles que j’ai effectivement posées à mes interlocuteurs, lors de travaux professionnels, débats, discussions privées ou de celles qui me sont passées par l’esprit lors de divers évènements (lecture, meetings, posts sur les réseaux sociaux etc.)

« A contrario », TOUTES LES REPONSES qui sont reportées dans les dialogues, sont celles que j’ai pu glaner de ces mêmes interlocuteurs lors de ces mêmes séances, débats « de visu », de questionnaires, de discussions sur les réseaux sociaux, et de lectures diverses, ou lors de discussions lors de conférences, ateliers ou séminaires, ou celles que j’ai apportées quand j’ai été moi-même confronté aux situations et aux évènements décrits.

Lesdites réponses (tous scenarii décrits ci-dessus confondus) peuvent donc représentées mon opinion10, et bien sûr dans ces cas-là elles sont un support à ma démonstration. Elles peuvent, cependant tout autant me confronter ou me contredire11. Dans cette hypothèse, elles sont sources d’argumentations (Nous verrons que toutes argumentations doivent être étayées, et comment alors le BPM - Business Process Management avec notamment la méthode des 5 pourquoi / Whys peut être un outil efficace pour débusquer les approximations d’un raisonnement ou les idées reçues)12.

 

Toutefois je dois aussi vous confesser que certaines de ces réponses, m’ont conduit parfois (voire souvent) à changer mon regard, voire ma propre opinion (en adhésion ou en opposition) et en conséquence ma posture sur telle ou telle situation ou sur telle ou telle croyance.

 

Page après page, je vais donc m’efforcer de vous convaincre13, c’est-à-dire vous sensibiliser à mes propos, pour vous en faire partager je l’espère, « a minima » une partie, et si possible vous persuader (vous faire adhérer / Utiliser pour vous même) des vertus du dialogue et du questionnement et donc par extension de ce concept méthodologique que constitue le BPM – le Business Process Management que je nomme aussi « l’arbre décisionnel ».

 

Comme vous l’avez désormais compris, je considère que ce livre, n’est pas réservé au seul public des professionnels. Cependant, malgré toutes mes affirmations verbales, que je viens d’énoncer, certains se réfugieront derrière le biais cognitif de la complexité, pour ne pas prendre la responsabilité d’oser, de prendre leur courage à deux mains pour faire l’effort de risquer14. Maintes fois par le passé, j’ai appliqué cette méthode, jusqu’au jour ou cette citation de Sun TZU m’a interpellée : « Il n’y rien de pire que de perdre sans avoir osé ». C’est depuis devenu la devise de mon entreprise.

 

Je considère, bien que je n’aie aucunement la prétention de prétendre à l’amélioration du développement personnel de chacun, que ce livre devrait susciter en vous ne nombreuses interrogations.

Ces questions seront sans nul doute, les premières d’une longue série, qui vous permettront de mieux appréhender les situations que vous rencontrerez et d’éviter les pièges dans lesquels, faute de recul et de discernement suffisant, nous sommes tous (moi le premier), très vraisemblablement, tombés un jour.

 

Henry David THOREAU15 a dit « Que d’hommes ont fait dater de la lecture d’un livre, une ère nouvelle dans leur vie ». En ce qui me concerne ce sont des d’années de travail, d’investigations, d’introspections, qui petit à petit, m’ont conduit à faire la rencontre non pas d’un livre, mais d’un enchainement de livres qui m’ont permis ce déclic et de me forger mes opinions et mes convictions actuelles.  

Dans la bibliographie, j’ai mis en tête de liste les éléments fondateurs de ma réflexion, puis j’ai rajouté tous ceux qui m’ont inspiré et qui m’ont permis d’oser écrire ce livre.

 

Pour éviter les sarcastiques et les potentiels détracteurs, que j’ai parfois eu l’occasion de rencontrer dans mes échanges, niant mon travail de recherche et de synthèse et m’accusant d‘empiler les idées glaner au fur et à mesure de mes lectures, je répète cette phrase que j’ai eu maintes fois l’occasion d’entendre dans mon enfance : « les abeilles butinent toutes les fleurs mais le miel est tout à elles ».

 

J’émet donc le souhait, que vous pourriez vous aussi connaitre ce livre, ou cet enchainement de livres qui provoquera en vous le même déclic et qui vous amènera à vous forger votre opinion, vos convictions, c’est-à-dire votre vérité.  

 

Cependant, si vous retenez quelques livres de ma bibliographie, j’attire votre attention sur le fait (j’évoque ce point dans le chapitre sur « les Emotions »), que nos pensées, nos humeurs, notre capacité de réflexion ne sont pas les mêmes et qu’un écrit qui m’aura sensibilisé, ne déclenchera peut-être pas chez vous la même perception16 et réciproquement.

J’en veux pour preuve, que j’ai lu certains livres plusieurs fois à des périodes différentes, et ma vision sur ces ouvrages n’a pas été exactement la même à chaque lecture17.

 

Je terminerai cet avant-propos, comme je l’ai commencé par une autre citation du Mahatma GANDHI, qui est le trait d’union avec ce qui va suivre : « Nous devons vivre ce que nous voulons que les autres apprennent ». Cela sous-entend que les exemples relatés sont soit réels, soit réels mais transposés dans une fiction pour préserver l’anonymat de leurs protagonistes.

 

Post-Scriptum

A ce stade, je me permets de vous exhorter une dernière fois, avant de débuter votre lecture, de consulter dans la 4ème Partie « A la Manière de de Carl Gustav JUNG », de compléter « le Questionnaire des Associations et des contraires ».

Cela vous permettra d’évaluer votre perception du BPM – Business Management avant de découvrir le contenu de ce livre (Nous le demandons aussi à nos participants lors des sessions de formation SQD™&®).

Une fois votre lecture terminée recommencer le test (dans la mesure du possible sans vous référer à votre évaluation initiale) puis comparer les variances entre ces deux étapes. L’analyse de la comparaison de ces deux documents vous permettra, en votre âme et conscience, de découvrir l’évolution de votre perception, votre capacité à faire évoluer votre posture, et accessoirement la valeur ajoutée du libre que vous avez entre les mains.  Cette analyse comparative vous est propre. Toutefois, si vous le souhaitez, vous aurez aussi la possibilité de la partager avec nous18. 

 

Notes

1 « Innocemment, nous avons appris à interpréter nos pensées comme des réalités. Nous avons tendance à croire que parce que nous pensons quelque chose, l’objet de notre pensée (son contenu) correspond à la réalité. Ce qui n’est pas le cas. C’est notre opinion » - Richard CARLSON – You can be happy no matter what – New world library.

2 Que j’appelle dans ce cas-là le PPA™&® Personal Process Analysis – Dans mes propos ultérieurs j’utiliserais BPM comme terme générique englobant ces deux notions

3 Cf. Lire avant de porter un jugement la chronique sur la tolérance.

4 Rappel : Contact@icseconsulting.com  ou ICSEConsulting@gmail.com.

5 « Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent que vos louanges » William SOMERSET MAUGHAM un romanciernouvellistedramaturge britannique et docteur en médecine.

6 Voir les exercices et jeux de rôle.

7 https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/confrontation/18156. Action de rapprocher des choses, de les comparer en les opposant : La confrontation des points de vue.

8 Voir la chronique sur la tolérance.

9 SQD – Socratic Questioning through Dialog – Le questionnement socratique par le dialogue – la nouvelle formation certifiante sur le questionnement développé par ICSE et mise en place par le groupe anglais TEMERITATI. Cette technique a été évoquée dans notre précédent livre : « Le guide du BPM – A l’heure d’une nouvelle direction au « Board » des entreprises » Arnaud VIGNE & Sylvain SPENLE – EMERIT Publishing. Cette formation (ou cet état d’esprit, devrais-je dire), fondée sur l’art du questionnement tel que Socrate nous l’a enseigné, sera largement évoqué tout au long des différents chapitres.

10 Un certain nombre de réponses émanent de séances de travail effectuées lors de séminaires ou jeux de rôle effectués, soient dans le cadre d’analyse stratégique (SWOT – Forces Faiblesses Opportunités Menaces), BPM, ou GRC (Gouvernance, Risques et Conformité) et notamment sur l’évaluation et la maitrise des risques.

11 Je fais une différence significative entre ces deux termes. La définition de confronter d’après le Larousse est : Mettre des personnes en présence, pour comparer, vérifier leurs dires. A contrario contredire toujours d’après le Larousse veut dire : Dire le contraire de ce que dit quelqu'un, être en opposition avec quelque chose, aller à l'encontre d'une évolution, d'une tendance. Dans le premier terme j’entrevois une capacité au dialogue qu’à mon sens le deuxième terme n’offre pas.

12 Voir IV Partie « A la Manière de » sur la Tolérance.

13 Je fais aussi un distinguo entre convaincre : « Amener quelqu'un, par des raisons ou des preuves, à reconnaître quelque chose comme vrai ou nécessaire », sans pour autant que celui-ci n’agisse de quelques manières que se soient, et persuader « Amener quelqu'un à faire, à vouloir faire quelque chose ».

14 Dans son livre 21 jours sans se plaindre, Will BOWEN veut nous faire passer de l’incompétence inconsciente à la compétence inconsciente. Il en est exactement de même pour le BPM et/ou le PPA™& ® Personal Process Analysis, qui cherchent à vous faire passer de non-conscience de cette pratique à une utilisation quotidienne instinctive, sans même vous en rendre compte uniquement parce que votre paradigme a changé.  Votre nouvel état d’esprit, vous fait appliquer cette démarche systématiquement à tout évènement que vous aborderez et qui le nécessitera.  

15 https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry David THOREAU: Philosophenaturaliste et poète américain, né le 12 juillet 1817 à Concord (Massachusetts), où il est mort le 6 mai 1862. Son œuvre majeure, Walden ou la Vie dans les bois, est une réflexion sur l'économie, la nature et la vie simple menée à l'écart de la société, écrite lors d'une retraite dans une cabane qu'il s'était construite au bord d'un lac. Son essai La Désobéissance civile, qui témoigne d'une opposition personnelle face aux autorités esclavagistes de l'époque, a inspiré des actions collectives menées par Gandhi et Martin Luther King Jr. contre la ségrégation raciale.

16 N’en soyez pas déçu, cela veut sans doute dire qu’au moment, où vous lisez ce livre, le niveau de maturité de votre réflexion, n’est pas le même. Soit, vous le voyez comme de la redite, et ce livre confortera ce que vous saviez déjà, soit vous n’êtes pas à ce niveau de réflexion et vous aurez toujours le loisir de le lire ou le relire plus tard. Enfin, vous pouvez tout simplement ne pas adhérer aux propos de son auteur

17 Je vous rappelle les propos indiqués précédemment dans cet avant-propos : Quand je lis un livre je mets des Post-it®, des commentaires, je surligne les passages qui me paraissent les plus cruciaux. Une fois le livre terminé, je fais, sur le livre lui-même, une note de synthèse qui m’amène à relire tous ces passages structurants. Je ne vous cache pas que plusieurs fois, je me suis interrogé sur les raisons qui m’avaient poussé à faire tel ou tel commentaire, ou à l’expliciter plus complètement, car l’une signification que j’y voyais à la relecture, m’avait échappé lors de la lecture initiale.

18 Rappel : Ce « Questionnaire des associations et des Contraires » est mis à votre disposition sur demande à :

 

Contact@icseconsulting.com

 

ou

ICSEConsulting@gmail.com.

ETAT D'ESPRIT.png
IMG_E0351-3.jpg